Partenaires du projet

Le Projet SURCA est financé par la dévolution de la Fondation Sécurité Routière, la Délégation à la sécurité routière et pour moitié par les partenaires du projet :

Le CEESAR, Centre Européen Etudes de Sécurité et Analyse des Risques est un laboratoire dont la vocation statutaire est l’amélioration de la sécurité routière, disposant d’habilitations spécifiques pour les travaux de biomécanique des chocs utilisant le don du corps à la science, mais aussi pour des recherches terrain sur l’accidentologie et sur le comportement humain en situation véhicule à risque. Cette association qui regroupe des acteurs privés de l’automobile et de l’assurance avec des organismes publics d’enseignement et de recherche, travaille pour ou avec des organismes publics et privés, en France et à l’international.

CEREMA, le Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement est un Établissement public à caractère administratif (EPA), sous la tutelle conjointe du ministère de la Cohésion des Territoires et du ministère de la Transition écologique et solidaire. Créé le 1° janvier 2014, il est né de la fusion de 11 services : les huit Centres d’études techniques de l’équipement (Cete), le Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques (Certu), le Centre d’études techniques, maritimes et fluviales (Cetmef), le Service d’études sur les transports, les routes et leurs aménagements (Setra).  Le Cerema s’est donné comme orientation stratégique d’être un acteur majeur en matière de sécurité des déplacements, notamment de sécurité routière mais aussi de renforcer prioritairement ses relations avec les collectivités territoriales. Le Cerema apporte un soutien aux administrations centrales pour rassembler et établir des connaissances notamment par des activités de recherche, produire de la doctrine technique, être force de proposition, les assister dans leurs projets, les accompagner et évaluer les mesures mises en œuvres.

Le Laboratoire d'Accidentologie, de Biomécanique et d'études du comportement humain est un laboratoire privé de recherches financé dans le cadre du GIE PSA Peugeot-Citroën / Renault. Il est un des premiers maillons de la chaine complexe de la sécurité routière puisque son objectif est de comprendre les mécanismes accidentels et les mécanismes lésionnels subis par les usagers de la route lors des accidents.
Actuellement le LAB est organisé autour de 3 domaines d'activités :

  • L’Accidentologie (primaire, secondaire et tertiaire), orientée sur la sécurité réelle. Elle inclut la collecte de paramètres décrivant les accidents afin d'identifier et de quantifier les facteurs de risque, de comprendre l'étiologie de l'accident et des lésions. Ces données servent ensuite à évaluer a priori ou a posteriori l'efficacité des contre-mesures pour diminuer le nombre et la gravité des accidents.
  • La Biomécanique des chocs, visant à comprendre les mécanismes lésionnels et les seuils de tolérance du corps humain soumis à des chocs. Par des boucles essais-calcul, elle contribue à définir les cahiers des charges des systèmes de retenue et les outils pour les valider (mannequins et modèles numériques).
  • L'étude des comportements des conducteurs, afin de mieux appréhender les facteurs de distraction et d'inattention des conducteurs mais aussi leurs besoins en fonction des phases de conduite.

DSR, direction du ministère de l’Intérieur qui élabore et met en œuvre la politique de sécurité routière, apporte son concours à l'action interministérielle dans ce domaine. La Délégation à la Sécurité Routière s'appuie sur l'Observatoire national interministériel de sécurité routière, responsable du système d'information relatif aux accidents et aux infractions de la route, pour la collecte et la diffusion des informations nécessaires à la préparation, la mise en œuvre et l'évaluation de la politique de sécurité routière. La DSR conduit, notamment avec cet observatoire, des actions de veille, d'expérimentation, des études générales ou sectorielles, et des projets de recherche dans les domaines de la sécurité routière. Elle assure à ce titre la veille technologique, nationale et internationale, dans les domaines de la route et du véhicule intelligents.

Université Gustave Eiffel, l'Université est née de la fusion de l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée et de l’IFSTTAR, l’institut de la recherche européenne sur la ville et les territoires, les transports et le génie civil. Elle intègre une école d’architecture, l’EAV&T, et trois écoles d’ingénieurs, l’EIVP, l’ENSG Géomatique et ESIEE Paris.

Au sein du département Transport, Santé et Sécurité (TS2), les missions de recherche du LESCOT ont pour objectif principal l'étude des mécanismes cognitifs et comportementaux mis en œuvre par une personne pour adapter et optimiser son comportement dans des situations de déplacement, afin de lui permettre de maintenir une performance optimale en termes de sécurité et de confort.
L'équipe de chercheurs du LESCOT est caractérisée par sa pluridisciplinarité, associant l'ergonomie, la psychologie, les neurosciences, les sciences cognitives, l'informatique et le traitement du signal.
Laboratoire à caractère expérimental, le LESCOT bénéficie également de la présence d'une équipe technique aux compétences variées et complémentaires (instrumentation, électronique, mécanique, informatique et vidéographie) prenant en charge le développement cohérent de ses moyens expérimentaux.

Au sein du département TS2, les chercheurs du LBMC (UMR_T 9406 IFSTTAR-UCBL) développent notamment des recherches sur le confort et la sécurité des transports, avec une approche biomécanique. Des expérimentations et des modélisations sont menées parallèlement et s’alimentent l’une l’autre pour étudier différentes situations de déplacement. Le LBMC propose des modèles de prédiction de postures et des modèles de prédiction de lésions, dont l’association permet d’étudier des solutions de déplacement du futur.

L’Umrestte (UMR T 9405), Unité mixte de recherche épidémiologique et de surveillance transport travail environnement, est une UMR associant l’IFSTTAR et l’UCBL. Elle accueille aussi plusieurs praticiens hospitaliers des HCL. Elle assure des missions de recherche épidémiologique et de surveillance en matière de traumatologie routière, de santé environnementale et de santé au travail.

Les recherches menées au Laboratoire Mécanismes d'Accidents (LMA) ont pour originalité de s’appuyer sur une approche compréhensive des phénomènes d’insécurité de la circulation routière et plus spécialement sur une approche clinique de l'accident. Cette approche permet de dégager des connaissances sur les effets des systèmes complexes sur la sécurité et de définir des pistes d'action intégrées et adaptées. Les activités de recherche sont abordées à l’échelle des dysfonctionnements survenant entre l’homme, son véhicule et l’environnement dans lequel s’effectuent les déplacements, ainsi qu’à l’échelle des territoires et du contexte social.

 

VEDECOM, ITE (Institut pour la Transition Énergétique) sous la forme juridique d’une fondation partenariale public/privé à but non lucratif, a été mis en place en février 2014 dans le cadre du Plan d’Investissement d’Avenir du gouvernement français. Il est soutenu par le pôle de compétitivité Mov’eo et plusieurs collectivités locales françaises.
VEDECOM est un institut de recherche mutualisée et co-localisée sur les véhicules électriques, autonomes et connectés, et sur l’écosystème de mobilité s’appuyant sur des infrastructures et des services répondant à de nouveaux usages de mobilité et d’énergie partagée. Il a pour but de conduire, dans le cadre des investissements d'avenir, un programme d'innovation technologique de dimension mondiale dans le domaine du Véhicule Décarboné Communiquant et de sa mobilité.
VEDECOM comprend plus de quarante membres de différentes filières industrielles et de services (multinationales), de plusieurs organismes de recherche et d’enseignement supérieur, et des collectivités territoriales françaises, qui ont acceptés de collaborer sur des sujets de recherche pré-compétitive et pré-normative.

Les axes de recherche de VEDECOM couvrent trois domaines :

  • l’électrification des véhicules,
  • la délégation de conduite et la connectivité des véhicules,
  • les infrastructures et les services de mobilité et d’énergie partagés.